Bonjour tout le monde,

Jeudi soir, avec ma petite Lydie, nous sommes allées Porte de Versailles au salon qui rassemble couturières, tricoteuses, patchworkeuses, tisserandes, tricotineuses, brodeuses and Co.

Sympa et pas trop de monde.

Je vous montre quelques photos :

Du tissage

1

3

 

15.000 carrés de tricot, 6 mètres de haut sur 4 mètres de large... Des dimensions impressionnantes pour "La Jeune femme à l'ombrelle tournée vers la gauche" de Claude Monet, version pelote. L'œuvre a été exposée à New-York le 13 janvier dernier. Et elle va désormais faire l'attraction porte de Versailles jusqu'à dimanche.

Entièrement conçu à la main à Rouen, le tricot géant surnommé "Suzanne" a été réalisé par des milliers de volontaires en Europe. les carrés de tricot ont été assemblés, pour former un patchwork géant. 

A l'origine de ce travail collaboratif et de cette première mondiale, Mathilde Milot. Objectif principal de son association, remettre le tricot au goût du jour. Et continuer de reproduire d'autres tableaux.

6

2

5

Et ?????? une oeuvre dite d'Art. Pensez ce que vous voulez

4

 

Je vous parle aussi d'une BD, reçue le 30 janvier pour ma fête.

"Idéal STANDART" d'Aude Picault

1540-1

Claire ne pense qu’à cela : se mettre en couple et goûter aux délices de la primiparité. Mais pourquoi courir après un rêve stéréotypé, lorsque l’on est une trentenaire mignonne, pleine de fantaisie et avec un super boulot ?

Idéal standard n’est pas une énième production girly sur les états d’âmes matrimoniaux de la gent féminine. Si le trait fin et épuré, la pagination aérienne ou la mise en couleurs minimaliste concourent à donner visuellement une sensation de légèreté, celle-ci tranche singulièrement avec des dialogues pour le moins incisifs et loin d’être futiles. En cent-quarante-sept planches, Aude Picault fait la revue de toutes les questions existentielles qui sabordent le moral de celles qui doublent le cap de la trentaine en solitaire ! Tout y passe et sans tabou, avec une exhaustivité qui frôlerait presque la frénésie. Cependant, la jeune auteure sait faire preuve de tact et d’humour et se donner le recul nécessaire pour développer une réelle empathie envers son héroïne.

Alors, compilation de lieux communs gentiment agencés ou vrai questionnement sur ce qui fait la saveur d’une vie ? À chacun de voir.

 

Alors bon WE, bon salon et bonne lecture !